Sélectionner une page

“Maman? tu dois vraiment m’épouser!” Je sens que cette histoire de confinement jusqu’au 30 avril ça va pas le faire… En balade loin des habitations, on hésite à s’approcher de l’homo sapiens qui a eu la même idée que nous. Salutations d’usage, “ça va chez vous?” “oh ben y a eu pire… y a eu mieux aussi..” Voici venu le temps de faire les albums photos des dernières années, de lire les piles de livres qu’on avait achetés un jour pour se conforter dans l’idée qu’on aime la lecture, de se passer enfin du fil dentaire tous les soirs. Voici venu le temps de suivre une recette de cuisine sans laisser de côté quelques étapes (oui, généralement les ingrédients que je connais pas, je ne les mets pas voilà tout!). Il est temps de se vanter qu’on est en avance sur le ménage, que l’école à la maison et ben… “je pourrais faire ça tout le temps, j’vois pas l’problème!”. Le temps passé à regarder les voisins et les fenêtres allumées qui décorent la nuit s’allonge et enfin, et surtout, le temps, celui au-dessus de nos têtes, qui défile, qui emporte les nuages, qui illumine les montagnes si belles en ces jours de mars. Ce temps après lequel on a beaucoup couru qui attend qu’on le prenne. Alors rien que pour ces moments insignifiants, j’accepte les demandes en mariage enfantines et les projets farfelus qui vont se faufiler entre les heures.